Notre dame de l'alliance.jpg

La fidélité après la séparation

La Communion Notre-Dame de l’Alliance réunit des hommes et des femmes engagés dans un mariage sacramentel et vivant seuls à la suite d’une séparation ou d’un divorce civil. Dans la foi au Christ et l’amitié fraternelle, ils suivent un chemin de fidélité, de pardon et d’espérance.

 

La naissance de la Communion Notre-Dame de l’Alliance.

La Communion Notre-Dame de l’Alliance est née en 1983 à Rennes. A l’époque, le père Guillaume, de l’abbaye de Timadeuc, accompagne depuis deux ans  Anne-Marie Le Marquer et Paul  Salaün qui vivent la souffrance de la séparation de leur couple respectif, tout en ayant au cœur un désir de pardon  et  de  fidélité,  en  s’appuyant  sur  les  grâces  du  sacrement  de  mariage. Il  les  met  alors  en contact. A l’écoute de l’Esprit Saint et accompagnés par le père Guillaume, ils sentent un appel fort qui  donne  progressivement  corps  à  une  double  mission :  accueillir  les  personnes  vivant  la  même épreuve qu’eux et promouvoir la beauté du mariage sacramentel indissoluble. Ne trouvant pas de mouvement qui y corresponde, ils fondent sous le patronage de Mgr Jullien, Archevêque de Rennes, la Communion Notre-Dame de l’Alliance, qui reçoit un accueil  favorable et grandit  constamment en France et en Belgique.

Aujourd’hui, 35 ans plus tard, la Communion compte 300 membres, répartis en 17 groupes, dont 16 en France et 1 en Belgique francophone (l’équivalent existe en Italie intitulé « Separati Fedeli »). La Communion a été reconnue comme « association privée de fidèles » par l’Eglise de France et de Belgique. Elle est toujours sous le patronage de l’Archevêque de Rennes, actuellement Mgr d’Ornellas, et accompagnée par un conseiller spirituel général, actuellement le P. Cieutat, et 17 conseillers spirituels régionaux (prêtres diocésains ou religieux nommés par l’évêque, ou le supérieur religieux, sur proposition du mouvement et demande du conseiller spirituel général).

 

Le cheminement d’une personne séparée.

  • Chacun est accueilli de façon personnelle là où il en est, avec son histoire (effondrement, révolte, détresse, dévalorisation totale de sa personne, repli sur soi…).

  • Dans le respect mutuel, des moments de partage en vérité permettent d'éclairer sa vie à la lumière de la Parole de Dieu.

  • Le regard d’Amour du Christ porté sur nous-mêmes, sur le conjoint absent et sur les

autres ouvre notre cœur à la Miséricorde et au Pardon et nous introduit dans une dimension nouvelle de l'Amour.

  • La vie des sacrements s’avère être tout au long de ce parcours une source vive.

  • Nous réalisons que la parole donnée et le sacrement reçu sont toujours d’actualité.

Ainsi chacun peut accueillir la grâce de renouveler librement et dans la paix son oui à Dieu et au conjoint absent.

  • Il devient alors possible de vivre une fidélité non pas subie ou crispée mais offerte et qui ouvre à la paix et à la joie.

  • Pour nos enfants, victimes innocentes de la séparation, un tel chemin de fidélité et de pardon se révèle progressivement un repère d’une grande fécondité.

  • Il permet à chacun de retrouver peu à peu l'unité de son être, de sa vie.

 

La proposition de la Communion Notre-Dame de l’Alliance.

Des rencontres, une récollection par trimestre par groupes régionaux et une retraite annuelle pour l’ensemble apportent un ressourcement fraternel et spirituel.

 

Un bulletin bimestriel, « l’Anneau de Feu », assure le lien entre les membres de la Communion et leurs amis.

Pour découvrir la Communion de l’intérieur, un livre : « Séparés, divorcés à cœur ouvert », recueil de témoignages authentiques complétés d’éclairages théologiques et de propositions pastorales. (Ed. Parole et Silence – 2015 – seconde édition)

 

Le sacrement de mariage demeure et ses grâces perdurent.

La proposition qui nous est souvent adressée de « refaire notre vie » est en contradiction avec le

« oui » que nous avons prononcé un jour en toute liberté et qui nous a engagés corps et âme jusqu’à la mort. Ce oui est comme un roc.

Il nous fait reprendre pied dans la grâce de la fidélité donnée dans le sacrement de mariage et qui vient de la fidélité de Dieu.

A la Communion, nous prenons toujours plus conscience que le lien conjugal, scellé le jour du mariage et dont l’indissolubilité est un élément constitutif, demeure au-delà de la séparation. Ce lien n’est pas alors vécu comme un fardeau ou une contrainte extérieure, mais comme un appel et une ouverture à la grâce à travers notre vulnérabilité et nos faiblesses et nous pousse à aller plus loin, dans l’espérance et l’humilité.

 

Aidez-nous à rester fidèles !

C’est un chemin exigeant que nous savons en décalage avec l’esprit du temps. Mais il va dans le sens de la bénédiction de Dieu reçue lors de notre mariage et rejoint le sens profond de notre amour, actuellement profondément meurtri. Comme tout chrétien en situation d’épreuve, nous avons toujours besoin d’être rassurés, encouragés, fortifiés dans notre vocation. Premièrement dans le choix de la fidélité à notre conjoint absent ; deuxièmement dans la mission de parent et d’éducateur auprès de nos enfants et troisièmement face à ceux qui nous jugent, nous fuient ou nous rejettent du fait de ce chemin incompréhensible pour eux ou qui simplement dérange.

 

La pastorale familiale.

Il paraît important de développer une pastorale spécifique aux personnes séparées vivant seules. Elle sera donc indépendante de celle déployée envers les personnes divorcées civilement vivant une nouvelle union. Les problématiques sont totalement différentes, tant d’un point de vue humain que sacramentel. Un parcours pastoral distinct a été ainsi proposé dans quelques diocèses et a rencontré un réel succès manifestant une véritable attente en ce domaine. Il facilite et favorise grandement la proposition d’un chemin de fidélité et de pardon.

 

La Communion au service de l’Eglise et des prêtres.

En se mettant à la disposition des fidèles séparés ou divorcés civilement, la Communion désire se mettre au service de l’Eglise et de ses pasteurs. Les membres de la Communion ne vivent pas en communauté et n’ont d’autre engagement que le « oui » de leur mariage. Ils continuent de vivre chez eux, au service de leur famille et souvent investis dans leur paroisse. S’ils ont besoin d’être soutenus, ils peuvent à leur tour, selon leurs possibilités, participer à la mission de l’Eglise : accueillir et comprendre ces personnes en souffrance, témoigner dans les préparations au mariage, auprès des couples ou des séminaristes, proposer des veillées et participer à des récollections pour foyers.

 

Pour la Communion Notre-Dame de l’Alliance Emmanuel Rondeau et Marie Lagente, modérateurs

P. Grégoire Cieutat, conseiller spirituel général

 

 

 

 

Communion Notre-Dame de  l’Alliance 45  rue  de  Brest CS34210 -  35042 RENNES Cedex

Tél/ Fax :  33 (0)2 99 14 35 13   Courriel :  info@cn-da.org   Site internet  :  www.cn-da.org